©2018 by ICOSS. Proudly created with Wix.com

Diagnostic

Le patient atteint d’arthrose du genou se plaint de douleur, d’abord modérée puis de plus en plus intense jusqu’à devenir, dans certains cas, insupportable. A cette douleur peuvent s’accompagner des gonflements (poussées inflammatoires) et un enraidissement de l’articulation.
Cette usure se traduit au niveau de la radiographie par un pincement articulaire (diminution de l’espace entre les surfaces osseuses).

Traitement Médical

Les antalgiques et les anti-inflammatoires traitent les symptômes liés à l’arthrose (douleur, épanchement). Les chondroprotecteurs sont des médicaments oraux qui semblent protéger le cartilage et ralentir l'évolution de l'arthrose.
La réalisation d'une infiltration de corticoïdes est parfois utile pour traiter une poussée inflammatoire. 
La visco-supplémentation (injection d’un gel – acide hyaluronique- dans l’articulation) permet par une action de lubrification de diminuer les douleurs. Cette action reste toutefois limitée dans le temps. 

Les traitements par injection de facteurs de croissance plaquettaire (PRP) peuvent être proposés.
La rééducation peut éviter l’enraidissement de l’articulation, permet de diminuer les phénomènes inflammatoires et d’entretenir le tonus musculaire.

La prothèse du genou

Le stade à partir duquel il faut envisager la mise en place d’une prothèse est variable d’un patient à l’autre. 
Il existe des prothèses qui remplacent un seul compartiment du genou (prothèse uni-compartimentale ou « partielle ») et d’autres qui remplacent les 3 compartiments (prothèse tri-compartimentale ou « totale »).
Le principe d’une prothèse totale de genou est d’enlever le cartilage abîmé et quelques millimètres de l’os sous-jacent, et de le remplacer par des pièces de formes semblables.
Généralement les pièces fixées sur le fémur et le tibia sont un alliage de métal comprenant du chrome, du cobalt et du titane, entre lesquels est interposé un insert de glissement en polyéthylène.

Risques et complications

Toute intervention chirurgicale est sujette à un certain nombre de risques chirurgicaux et de complications précoces ou tardives. 

 

Les risques pouvant survenir pendant l’intervention sont : la blessure de tissus voisins (muscles, tendons, ligaments), des lésions osseuses du fémur, du tibia ou de la rotule, dont le risque est accentué par une ostéoporose, la lésion de nerfs, la lésion de certains vaisseaux.

Les complications pouvant survenir les jours après l’intervention sont : l’infection du site opératoire, la phlébite, l'embolie pulmonaire, l’hématome, une nécrose cutanée ou plus généralement des soucis de cicatrisation.

 

Il est à préciser que le tabagisme est un facteur de risque majeur de ces complications précoces.

 

Les principales complications tardives sont : une infection, des douleurs du genou peuvent persister après l’intervention, la raideur du genou, l'algodystrophie, une instabilité du genou, l’usure et le descellement.

Post opératoire

Il est recommandé d’appliquer de la glace sur le genou pendant 15 à 20 minutes et ce 3 à 4 fois par jour.

L’attelle qui vous sera remis le jour de l’intervention et qui comporte un système de glaçage intégré, doit être conservée pour la marche jusqu’à un bon contrôle du muscle quadriceps (ceci vous sera précisé par votre kinésithérapeute) mais peut être enlevée lors de la position assise ou pendant la nuit.  

Les cannes sont à utiliser pendant 4 semaines en moyenne.

Les bas de contention doivent être conservés pendant 45 jours.

La rééducation avec votre kinésithérapeute sera à débuter dès votre retour à domicile selon le protocole qui lui sera remis. 

Le vélo d’intérieur est autorisé vers la 6ème semaine post-opératoire, la natation (crawl ou dos crawlé), le vélo extérieur et la randonnée sur terrain plat ou la marche nordique au 3ème mois-post-opératoire.

La pratique du ski, du golf, du tennis en double ou de l’équitation est possible, après autorisation du chirurgien et généralement pas avant le 6ème mois post-opératoire.

Ces délais sont donnés à titre indicatifs et peuvent varier en fonction de l’évolution.